Le parc des sculptures

Le noyau initial du parc de sculptures était constitué d’œuvres en pierre d’Eugène Dodeigne et de Jean Roulland collectionnées par Jean Masurel. Il s’est progressivement enrichi de nouvelles acquisitions et de dépôts significatifs. Les dépôts du Musée national d’art moderne y forment un riche ensemble, avec un mobile et un stabile d’Alexander Calder Reims, Croix du Sud (1970) et Guillotine pour huit (1962), Le Chant des Voyelles (1931-1932) de Jacques Lipchitz et la monumentale sculpture de Pablo Picasso, Femme aux bras écartés (1962). En 1992, dans le cadre d’une commande publique de la ville de Villeneuve d’Ascq, une pièce monumentale de Richard Deacon, Between Fiction and Fact, y a été installée. Des liens unissent les œuvres en plein air à celles exposées sur les cimaises. Intérieur et extérieur se répondent en écho, comme le suggèrent les multiples ouvertures de l’architecture sur le parc.


 


La restauration des sculptures du parc a été réalisée grâce au mécénat de La Fondation Crédit Mutuel Nord Europe, mécène du musée

Logo-Fondation-2014-NB



Espace Pro

contacts

RECHERCHE
NEWSLETTER
ChargementChargement



Mentions légales