Josué Virgili
Sans titre, avant 1982

Arrivé en France à 15 ans, Josué Virgili ( Italie 1901 - Le Kremlin-Bicêtre 1991 ) apprend le métier de marbrier à Monte-Carlo, puis s’installe en région parisienne. C’est seulement à l’âge de la retraite qu’il commence à utiliser le ciment et la mosaïque de façon originale, imaginant des objets et des meubles qui envahissent peu à peu sa maison et son jardin. Des tables et des guéridons sont incrustés de morceaux de marbre ou de miroir, de photographies et de faïence de couleurs vives ; des moulages de visages sont glissés sur les piétements ; des colombes et des girouettes en plâtre sont montées sur des perches ; des soleils sont fabriqués à partir de roues de bicyclette. Ce monde est en perpétuel mouvement, car Josué Virgili manipule, démonte ses sculptures pour en créer de nouvelles. L’intérieur de sa maison est occupé par une multitude d’objets, qu’il déplace régulièrement ; les guéridons, qu’il considère comme des satellites, sont au coeur de ce dispositif. Il écrit dans sa langue maternelle, l’italien, des poésies et ses pensées sur des cahiers illustrés de dessins et de photographies découpées dans des magazines féminins. Josué Virgili se dit messager de Dieu et prêche l’amour, la fusion et l’union. Il voue un véritable culte au soleil. Un soleil qui tire la langue a du reste été choisi comme emblème par L’Aracine.


Ciment, peinture, plastique, dessous de plat en métal


Dim. : 48,3 x 25,5 x 13 cm


Donation L’Aracine en 1999

Inv. 999.29.6



Espace Pro

contacts

RECHERCHE
NEWSLETTER
ChargementChargement



Mentions légales