Le LaM, un musée engagé dans la transition écologique

Depuis plus de deux ans, de nombreuses actions ont été initiées afin de réduire l’impact environnemental du musée et de sensibiliser les publics en proposant des rendez-vous qui croisent enjeux environnementaux et enjeux artistiques. Ces actions, articulées autour de trois axes - la réduction de l’impact environnemental de son activité, l’organisation d’événements interrogeant les liens entre art et écologie et l’intégration de son parc dans sa logique de développement durable - s’appuient sur un diagnostic, encore en cours, qui se prolongera jusqu’en 2023.
Image
Vie du LaM - Transition écolo 4

En 2021, le musée a engagé de nombreux chantiers qui ont permis de :

  • Recycler 90 % des éléments scénographiques de certaines expositions grâce à une adaptation des pratiques de construction des expositions aux enjeux de transition écologique ;
  • Remplacer plus de 200 systèmes d’éclairage par des leds dans les locaux techniques, l’atelier de restauration des œuvres du musée et à la Bibliothèque Dominique Bozo ;
  • Réduire de 64 % ses tirages de documents imprimés à destination des publics ;
  • Intégrer une clause environnementale dans l’ensemble des marchés publics lancés par le musée ;
  • Supprimer les substances nocives pour l’environnement utilisées pour l’entretien du parc, notamment les produits phytosanitaires, abandonnés depuis plusieurs années. Le désherbage du parc est quant à lui réalisé manuellement ou par brûlage thermique ;
  • Supprimer les matériaux contenant des solvants dans les fournitures des ateliers pédagogiques et en papeterie bureau ;
  • Réaliser une économie d’énergie de 80 % et diminuer les déchets de 50 % grâce au changement du parc de photocopieurs par des machines disposant de la technologie « zéro chaleur ».
Image
Vie du LaM - Transition écolo 1

Enfin, l’année 2021 a été marquée par l’organisation des premiers ateliers de réflexion Art et transition écologique. À l’occasion de ces rendez-vous, durant lesquels les questions de la biodiversité et de la mobilité étaient abordées, les liens qui unissent l’art et l’écologie ont été explorés en présence d’artistes, de chercheur·euses, de responsables d’institutions, d’historien·nes de l’art et d’entrepreneur·euses. Chacun des ateliers, qui se sont tenus entre le 9 décembre 2021 et le 10 mars 2022, a réuni en moyenne quarante participant·es (étudiant·es, professionnel·les de la culture ou du monde associatif, entrepreneurs et entrepreneuses ou équipes d’entreprises privées).

Image
Vie du LaM - Transition écolo 2

Depuis janvier 2022, les équipes du musée travaillent à de nouvelles actions visant à accélérer la transition écologique du LaM :

  • La poursuite du chantier de remplacement d’un grand nombre de systèmes d’éclairage par des leds dans les salles dédiées au fonds d’art moderne et dans les espaces administratifs du musée ;
  • Le repiquage de la peupleraie abattue lors des tempêtes de 2021, la plantation d’arbres dont les essences sont déjà présentes dans le parc du musée et de nouvelles espèces de végétaux autour du cours d’eau, etc. ;
  • La réalisation d’une étude sur la biodiversité du parc, en partenariat avec les Espaces Naturels Métropolitains de la MEL ;  
  • La mise en place d’une étude sur l’impact du changement climatique sur la conservation des sculptures du parc, notamment la prise au vent de l’œuvre Reims, Croix du sud d’Alexander Calder dont les pales, en cours de restauration, ont été abimées lors des grandes tempêtes de 2019 ;
  • L’installation de « récupérateurs de documents » permettant de recycler ou de remettre en circulation, si leur état le permet, les guides de visites et brochures papier ;
  • Le redéploiement d’un système de tri des déchets plus efficace pour l’ensemble du musée (espaces publics compris) ;
  • La plantation d’un jardin potager dans le patio des ateliers pédagogiques dans le cadre d’ateliers art et biodiversité ;
  • L’implantation d’un composteur dans les espaces dédiés au personnel et au café-restaurant du LaM ;
  • La préparation et diffusion d’un guide des bons gestes à destination des salarié·es et des prestataires ;
  • L’utilisation de 100 % de papier recyclé et le recyclage de 100 % du papier utilisé dans les ateliers pédagogiques ;
  • L’achat de produits manufacturés en France, ou en Europe, pour le matériel des ateliers pédagogiques (peinture, feutres, craies grasses, etc.) afin de réduire et limiter l’empreinte carbone du musée.