Image
Paul Klee, entre-mondes
Paul Klee, Versunkene Insel (L'île engloutie), 1923. Donation Geneviève et Jean Masurel. LaM, Villeneuve d'Ascq
Image
Paul Klee, entre-mondes
Exposition

Du 19 novembre 2021 au 27 février 2022

Paul Klee, entre-mondes

Une plongée inédite au cœur de la quête de renouvellement de l'une des figures majeures de l'art moderne
Paul Klee, entre-mondes Acheter un ticket

Représenté dans la collection permanente du LaM par trois œuvres issues de la donation Masurel, Paul Klee (1879-1940) est l’un des rares artistes incontournables du fonds d'art moderne à ne pas avoir encore fait l’objet d’une exposition monographique.
À cette occasion, le musée pose un regard inédit sur son œuvre en mettant en lumière son intérêt pour la question des « origines de l’art ». 

Rythmée en quatre grandes parties, l’exposition revient sur la façon dont les dessins d’enfants, l’art préhistorique, l’art extra-occidental et ce qu’on appelle alors « l’art des fous » ont permis à Klee de repenser son art.

Réalisée en co-production avec le Zentrum Paul Klee de Berne, où elle est visible jusqu'au 29 août 2021, et réunissant pas moins de 120 œuvres, l’exposition Paul Klee, entre-mondes crée des dialogues originaux entre des œuvres provenant des différentes périodes de création de l’artiste et un ensemble d’objets et de documents issus de sa collection personnelle.

Dates :
19.11. 2021 > 27. 02. 2022

Horaires :
du mardi au dimanche de 10 h à 18 h

Tarifs* :
Tarif plein : 10 €
Tarif réduit** : 7 €

*Hors frais de dossier
**Sur présentation d’un justificatif de moins de 3 mois et/ou en cours de validité 
 

Rens. et réservations :
+33 (0)3 20 19 68 51

— ou —

 
Image
Paul Klee, entre-mondes
Paul Klee, Garten-Plan (Plan de jardin) (détail), 1922. Aquarelle et plume sur papier sur carton, 26,6 x 33,5 cm. Zentrum Paul Klee, Berne
Image
 Paul Klee, entre-mondes
Paul Klee, 17 Gewürze (17 épices), 1932. Donation Genevière et Jean Masurel. LaM, Villeneuve d'Ascq
Image
Paul Klee
Paul Klee, Tiere begegnen sich (Des animaux se rencontrent), 1938, 111. Huile et couleur à la colle sur carton sur contreplaqué ; 42 x 50,5 cm. Collection privée en dépôt au Zentrum Paul Klee, Berne
Image
Paul Klee
Paul Klee, Büste eines Kindes (Buste d'un enfant), 1933, 380. Aquarelle sur coton sur contreplaqué, 50,8 x 50,8 cm. Zentrum Paul Klee, Berne
D’un monde à l’autre

Né près de Berne en 1879 et décédé à Locarno en 1940, Klee a longuement hésité entre la peinture, l’écriture et la musique. Il se forme finalement aux arts plastiques à Munich, fait un long séjour en Italie et visite Paris à deux reprises, en 1905 et 1912. Secouée par plusieurs mouvements de rupture artistique, Munich reste son port d’attache jusqu’à la guerre. Il y rencontre Vassily Kandinsky et les membres du Cavalier bleu, groupement d’artistes qui s’intéressent, entre autres, à l’art populaire et aux dessins d’enfants. 

Habité par un doute perpétuel, Klee se place toujours dans un monde intermédiaire : entre figuration et abstraction, entre peinture et musique, entre Orient et Occident, entre pratique et théorie, entre hier et aujourd’hui. Il rejoint en 1920 le Bauhaus, école d’arts appliqués fondée à Weimar par l’architecte Walter Gropius. Dans les années qui suivent, il est remarqué par les surréalistes français, qui voient en lui un « peintre mental » selon les mots d’Antonin Artaud. Peu de temps avant sa mort, ses œuvres attirent l’œil de Roger Dutilleul et Jean Masurel, à l’origine de la collection d’art moderne du LaM.

Image
Paul Klee, entre-mondes
Paul Klee, Bastard (Bâtard), 1939. Donation Livia Klee, Zentrum Paul Klee, Berne
"Commencements primitifs" 

Comme de nombreux artistes d’avant-garde, Klee cherche de nouvelles formes d’expression picturale. Pour sortir de l’impasse des canons académiques et pouvoir créer quelque chose de neuf, il lui faut identifier la « source originelle » à laquelle – selon les représentations de l’époque – puise toute forme d’art :
« J’aimerais être comme nouvellement né, ne rien connaître de l’Europe, absolument rien ; ignorer les écrivains et les modes, être quasiment primitif », note-t-il dans son journal.

Dans un compte-rendu de la première exposition du Cavalier bleu rédigé en 1912, il se fait le défenseur « des commencements primitifs d’un art tels qu’on en trouverait plutôt dans les musées ethnographiques ou simplement chez soi, dans la chambre d’enfant ». Il évoque également l’art des « aliénés » sur lequel il jette un regard bienveillant et prend « profondément au sérieux, plus sérieusement que toutes les pinacothèques, dès lors qu’il s’agit aujourd’hui de réformer la peinture ». De multiples sources sont convoquées par Klee pour redéfinir l’art comme moyen de « recueillir ce qui monte des profondeurs et le transmettre plus loin ».

Image
Paul Klee, entre-mondes
Paul Klee, Die Schlangengöttin und ihr Feind (La déesse-serpent et son ennemi), 1940. Collection privée en dépôt au Zentrum Paul Klee, Berne
Sources croisées

L’exposition met en exergue les quatre voies choisies par Klee pour explorer ces « profondeurs » : l’art des asiles, le dessin d’enfant, l’art extra-occidental et l’art préhistorique.
Sans chercher à rattacher précisément chaque œuvre à une source formelle, elle ouvre un large spectre d’associations au public, le laissant libre d’élaborer des rapprochements d’une salle à l’autre et de tisser ses propres interprétations. Plusieurs périodes y seront abordées par le prisme de la quête des origines : le contexte du Cavalier bleu à Munich, celui de Dada à Zurich et du surréalisme à Paris, les années d’enseignement au Bauhaus et enfin la réception de Klee aux États-Unis dans les années 1930. 

 

Commissariat

Sébastien Delot, Directeur-conservateur du LaM
Fabienne Eggelhöfer, Conservatrice en chef, Zentrum Paul Klee, Berne
Jeanne-Bathilde Lacourt, Conservatrice en charge de l’art moderne, LaM
Assisté·es de Grégoire Prangé au LaM et de Livia Wermuth au ZPK

 

L’exposition Paul Klee, entre-mondes est réalisée en coproduction avec le Zentrum Paul Klee (Berne).
Elle bénéficie du mécénat de la Fondation Crédit Mutuel Nord Europe.