Le LaM hors-les-murs #5

Depuis de nombreuses années, le LaM met un point d’honneur à l’inclusion de tous les publics dans et hors de ses murs. Afin de répondre à cet engagement en étant au plus près des publics, le musée met en place différentes actions à destination des personnes isolées, en situation de handicap ou encore en favorisant l’accès des jeunes à la création.
Image
Jardin(s) Secret(s) 4

Vue de l'exposition Jardin(s) Secret(s) au LaM

Depuis plus de 15 ans, le LaM développe des projets qui posent un cadre propice au processus de reconstruction des personnes détenues en collaboration avec l’administration pénitentiaire des Hauts-de-France : ateliers, conférences, expositions, rencontres, etc.

En 2018, grâce au soutien de la Fondation Anber, le musée a eu l’opportunité d’expérimenter un nouveau projet au sein du centre pénitentiaire d’Annœullin : celui de proposer aux personnes détenues de réaliser une exposition de A à Z, puis de présenter cette exposition, nommée Jardin(s) Secret(s), au sein du musée. Dans une démarche d’ouverture, d’apprentissage, d’échange et de créativité et en lien direct avec différents membres de l’équipe du LaM, les personnes incarcérées se sont transformées en commissaires d’exposition et ont conçu une exposition riche et sensible. Saluée par les publics et les familles des personnes détenues, ce projet a par ailleurs obtenu le label national « Le Musée sort de ses murs » décerné par le Ministère de la Culture.

Image
Jardin(s) Secret(s) 2

Vue de l'exposition Jardin(s) Secret(s) au LaM

Plus récemment, le LaM a proposé aux personnes détenues de travailler sur la création d’un ouvrage intitulé Ceci n’est pas un livre !, tiré à 250 exemplaires et réalisé lors d’ateliers d’écriture en lien avec les livres précieux de la bibliothèque du musée. Chaque semaine, la responsable de la Bibliothèque Dominique Bozo et des éditions du LaM partait à la rencontre des personnes détenues et leur présentait des ouvrages, conservés dans les réserves de la bibliothèque, que très peu de personnes ont eu la chance de découvrir. 

Ces différentes expériences sont également l’occasion pour les personnes détenues de laisser libre cours à leur imagination et de les inclure directement dans la réflexion autour des projets qui leur sont proposés. C’est donc tout naturellement qu’en 2021, année de l’exposition Paul Klee, entre-mondes, l’équipe du musée proposera un projet autour de la musique avec la participation de musicien·nes, plasticien·nes et danseur·euses. En partant des œuvres de Georges Braque, Pablo Picasso, Jacques Lipchitz, Joan Miró, Paul Klee ou encore Vassily Kandinsky, issues de la collection du LaM, le projet LaMophonies proposera aux personnes détenues d’explorer différentes techniques plastiques : peinture, collage, gravure, volume, fusain ou encore aquarelle. Ils confronteront par la suite leurs réalisations plastiques au chant, à la danse ou encore à la musique.