Du 25 septembre 2021 au 9 janvier 2022, le Domaine départemental de Chamarande, fidèle à sa volonté de faire résonner son identité avec l’univers singulier d’un·e artiste, propose une exposition consacrée à Michel Nedjar,  dans laquelle près de 90 œuvres du fonds d’art brut du LaM sont exposées.


Composé d’un château, de ses dépendances et d’un parc de 100 ha, le Domaine départemental de Chamarande, situé dans l’Essonne, abrite un centre artistique dont l’ambition est de valoriser la création contemporaine. Imaginée en deux volets, l’exposition que le Domaine consacre cet automne à Michel Nedjar propose une rétrospective de l’œuvre de l’artiste dans l’espace du Château, tandis que l’Orangerie accueille pour sa part un grand nombre d’œuvres issues du fonds d’art brut du musée sous le commissariat de
Savine Faupin, conservatrice en chef en charge de l’art brut au LaM.

 

Image
 © Alexis Harnichard

Au Château, ce sont donc plus de 200 œuvres issues de l’atelier de Michel Nedjar, de la collection du LaM, du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme et du MNAM-Centre Pompidou qui sont présentées. L’exposition revient sur l’œuvre de Michel Nedjar – poupées, dessins et cinéma expérimental –, depuis ses premières créations au début des années 1970, jusqu’à ses dernières pièces.

À partir de la phrase de Jean Perdrizet : « Penser c’est broder le fil de nos idées », Savine Faupin propose de découvrir dans l’Orangerie des œuvres issues du fonds d’art brut du LaM en créant un écho, simple et poétique, avec les œuvres de Michel Nedjar exposées dans le Château. Cette mise en relation a pour vocation de mettre en lumière les liens de l’artiste avec l’art brut, qu’il s’agisse de sa propre pratique ou de la création de l’association L’Aracine en collaboration avec Madeleine Lommel et Claire Teller.

Image
 © Alexis Harnichard